top of page

Arrêter de créer du destin



“Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l'extérieur comme un destin.”


Carl Gustav Jung


“Guérir signifie devenir entier. Mais c'est une chose impossible à faire si nous ne nous sentons seulement concerné que par la partie malade de notre corps. ‘Le mot salut vient du latin salvus, qui signifie guérir et entier. Le salut est basiquement et essentiellement une guérison, le rétablissement d'un entier qui était brisé, perturbé et désintégré.’ (Paul Tillich). Devenir entier signifie laisser émerger à la lumière tout ce qui est en nous, ne rien laisser dans l'obscurité, si difficile et douloureux que cela puisse être. Il nous faut avant tout reconnaître toutes les parties de nous-même que nous avons ignorées, déniées, que nous avons essayé de rejeter ou d'éliminer. Guérir signifie accepter tout cela dans notre esprit conscient, dans notre coeur, dans notre vie. Aussi longtemps que nous rejetterons certaines parties de nous-même, nous ne serons pas entier.”


Debbie Shapiro

Pourquoi est-ce que ce qu'on ignore et laisse dans l'obscurité finit par arriver comme destin ?

Parce que nous faisons partie d'un Tout, d'une Intelligence qui orchestre toute chose de manière parfaite afin de maintenir une complétude, une plénitude.

Le ballet du système solaire dans l'espace, le cycle de l'eau sur la Terre, la chaîne alimentaire des animaux, les feuilles sur les arbres à chaque printemps, le renouvellement de nos cellules…

Tout est contenu dans notre corps, car nous en sommes issus !

Seulement à la différence de toute chose sur Terre, l'homme est le seul être à posséder un mental, et le mental tel qu'il est utilisé par la majorité d'entre nous est ce qui nous sépare de cette merveilleuse Intelligence, notre nature profonde…


Mais c'est aussi là que commence l'aventure humaine !

Lorsque nous sommes confronté à une situation douloureuse, cette situation a toujours un impact dans notre corps, qui se manifeste sous la forme de sensations corporelles. Mais la plupart du temps, nous ne voyons pas ces sensations, car les reconnaître reviendrait à les accepter et il nous semble impensable d'accepter une sensation désagréable.

Nous commençons alors à composer avec ce qui nous arrive en biaisant avec la réalité (les sensations), par le truchement du mental qui se met à déverser des pensées conditionnées par notre vécu, notre héritage psycho-généalogique et l'inconscient collectif issu de notre culture : pensées de colère, tristesse, angoisse, peur, révolte, jalousie…

Nous avons tous fait l'expérience que ces pensées, loin de nous soulager, attisent au contraire

notre émotion.

Nous prenons même parfois un malin plaisir quasi-inconscient à nous complaire dans ces pensées qui nous font du mal… et du bien, car nous sentons que le sens de notre identité s'est renforcé “après ce qui nous est arrivé”…

Nous collons à tout ce qui est conditionné en nous, et cela nous rassure inconsciemment au milieu de notre détresse. Cela, au moins, nous semble être en place. Et l'on s'empresse de tout raconter aux amis…

On est “devenu” ce qui nous est arrivé.


Tout cela fait le jeu du mental, au détriment de la présence aux sensations initiales liées à l'événement. Or les reconnaître telles qu'elles sont en les observant sans les juger, permet de laisser la place à cette Intelligence en nous infiniment plus vaste que le mental, pour qu'elle rétablisse l'énergie perturbée, dans un élan Vital vers la plénitude.

Si nous ne voulons pas les reconnaître et les mettons “sous le tapis” du mental limitant et conditionné, la vie rendra manifeste dans notre réalité (le "destin") ce qui correspond vibratoirement à l'énergie nouée et bloquée en nous.

Ceci afin que cette résonnance nous permette de nous reconnecter avec les sensations ignorées et déniées, et toujours dans le but pré-établi de rétablir l'harmonie. Et elle nous “représentera le même plat” tant que nous n'aurons pas vu, reconnu et fusionné avec la sensation originelle.


“Il n'y avait pas deux choses, mais celui qui voyait ne faisait qu'un avec ce qui était vu, comme si ce qui était vu n'était pas vu mais était uni à celui qui voyait”


Plotin


C’est le sens profond du Soin Réunifiant : retrouver, renouer, réunir ce que nous avons séparé, ignoré… en permettant de faire la place en nous pour laisser agir l'Intelligence issue des étoiles qui est toujours là, en nous.

De façon générale, le futur est une réplique du passé.[…]

Si votre mental traîne un lourd fardeau de passé, vous répéterez les mêmes expériences, car sans présence, le passé se perpétue de lui-même.[…]

Ce que vous percevez comme le futur fait intrinsèquement partie de votre état de conscience dans le moment présent.[…]

La qualité de votre conscience dans cet instant-ci façonne votre avenir […]

Si la qualité de votre conscience à ce moment-ci détermine le futur, qu'est-ce qui détermine la qualité de votre conscience ?

Votre degré de présence.

Par conséquent, le seul domaine à partir duquel le véritable changement peut s'opérer et où le passé peut se dissoudre, c'est le présent”


Eckhart Tolle


Comentarios


bottom of page